Hommage à Georges Prêtre

06 janvier 2017

Pour Georges Prêtre

"Pelléas et Mélisande" à l’Opéra-Comique il y a une vingtaine d’années, "La Valse" de Ravel avec l’Orchestre de l’Opéra de Paris : des spectacles, des concerts que je n’oublierai jamais. Tout rigoureux qu’il savait être, Georges Prêtre voguait contre la mode : ni analytique ni métronomique mais au contraire charmeur, exubérant, comme improvisé. Un vrai chef lyrique adoré des solistes. Et l’inimitable ambassadeur de Poulenc, notre voyou mystique bien aimé.

À sa mémoire, récitons ces quelques mots de Cocteau dans "La Voix humaine", qu’il a créé salle Favart il y a plus d’un demi-siècle : « On pouvait perdre la tête, oublier ses promesses, risquer l’impossible, convaincre ceux qu’on adorait en les embrassant, en s’accrochant à eux ». Aussi loin que vous soyez parti, on vous embrasse, cher Maître, on s’accroche à vous.

Marc Minkowski