[Aller au menu] [Aller au contenu]

  • ONBA
  • Ballet
  • Choeur
  • Ateliers

[Aller au menu]

  • Imprimer

Qui sommes-nous ?

Le statut juridique

L’Opéra National de Bordeaux est une « Régie personnalisée » regroupant environ 360 personnes — dont 200 artistes permanents — ainsi réparties :
-    autour de 120 musiciens de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine
-    autour de 40 danseurs du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux
-    autour de 40 choristes du Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
-    autour de 80 artistes et artisans des Ateliers et métiers de la scène (Direction technique)
-    autour de 80 personnels administratifs membres de la Direction administrative et financière, de la Direction artistique, de la Direction du Développement et de la Communication, de la Direction des ressources humaines.

L’Opéra National de Bordeaux est financé, pour une large part, par la Ville de Bordeaux à laquelle s’ajoutent les soutiens de l’Etat et de la Région Aquitaine.

L'administration

L’Opéra National de Bordeaux est présidé par un Conseil d'administration composé de six représentants de la ville de Bordeaux, deux représentants de l'État et un représentant de la Région Aquitaine.

Depuis 1996, l’Opéra National de Bordeaux est dirigé par Thierry Fouquet.
Celui-ci est entouré de : Paul Daniel, directeur musical de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, Charles Jude, directeur du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux, Anne-Sophie Brandalise, directrice adjointe administratif et financier, Isabelle Masset, directrice adjointe artistique.

L’Opéra National de Bordeaux a obtenu le label « Opéra national », le 28 juin 2002 suite à la signature d’une convention entre l’État, la Ville de Bordeaux et la Région Aquitaine.
Ce label prestigieux se traduit par une vaste mission déclinée tant au travers de la politique artistique, qu’en termes de décentralisation et d’ouverture aux publics.
Aussi, l’Opéra National de Bordeaux s’attache-t-il au développement de son répertoire (des œuvres du XVIIe siècle à celles de notre temps, avec une attention particulière portée à l’exploration des musiques dites « baroques » et à la création contemporaine), à la diffusion en Région de spectacles et concerts, à la mise en place des divers dispositifs d’action culturelle permettant l’accueil de populations spécifiques ou défavorisées (48000 élèves et étudiants, RMIstes, déficients visuels…), à la mise en place d’opérations — journées portes ouvertes, ateliers de pratique amateurs… — destinées à faire découvrir au grand public l’univers du spectacle vivant.