Aller au contenu principal
Abdullah Ibrahim
Abdullah Ibrahim
Piano

Abdullah Ibrahim

Invité
Mise à jour le : 07/11/2023

Biographie

Abdullah Ibrahim est le pianiste le plus fameux d’Afrique du Sud et un maître musicien respecté dans le monde entier.

Né au Cap, Dollar Brand, comme on l'appelle désormais, s’est nourri de multiples influences culturelles : musique traditionnelle africaine, hymnes chrétiens, airs gospel et spirituals, ainsi que jazz et musique classique américaine. De ce mélange laïc et religieux, traditionnel et moderne, est né le vocabulaire sonore et musical distinctif d’Abdullah Ibrahim. Sa grand-mère lui a fait suivre des cours de piano dès l'âge de six ans. Elle était membre fondatrice de l'église AME, une branche de l'église d'origine de Philadelphie, aux États-Unis. Sa mère était pianiste à l'église et jouait du piano pour des films muets au cinéma local. Les restrictions d'accès à l'établissement d'enseignement ont forcé le jeune  musicien et compositeur en herbe à passer des heures et des jours dans les bibliothèques du Cap à lire et à étudier les œuvres globales de maîtres internationaux de la culture, de la musique, de la philosophie et de l'histoire du monde.

Abdullah Ibrahim fait ses premiers débuts professionnels à l'âge de quinze ans en jouant puis en enregistrant avec les Tuxedo Slickers, un big band du Cap inspiré par Erskine Hawkins de Birmingham, aux États-Unis. Il a également joué du piano avec les orchestres de danse locaux du Cap, des groupes vocaux et du saxophone avec le Minstrel Carnival.

En 1958, il crée son propre « Dollar Brand Trio » mettant en valeur ses compositions originales ainsi que celles des Jazz Masters. Son septuor révolutionnaire, les Jazz Epistles, s'est formé en 1959 à Johannesburg avec comme co-leader Kippie Moeketsi, le brillant clarinettiste et saxophoniste de jazz de formation classique ainsi que Hugh Masekela – trompette, Jonas Gwangwa – trombone, Johnny Gertze – basse, Makaya Ntshoko – batterie. Ils ont enregistré Jazz Epistle, Verse 1 - le premier album de jazz de musiciens noirs sud-africains à propos duquel Abdallah Ibrahim a dit : « Nous avons été inspirés par les musiciens de jazz américains et les chansons populaires, mais surtout par la légitimité et le dynamisme de notre propre tradition africaine ». Il ajoute : «Mes premières influences étaient Thelonious Monk… et avant cela Albert Ammons et plus tard Herby Nichols.»

En raison des lois strictes de l'apartheid et du harcèlement croissant du gouvernement à l'encontre des musiciens, le fameux massacre de Sharpeville en 1960 et l'emprisonnement de Nelson Mandela, Dollar Brand a quitté le pays avec sa partenaire et chanteuse Sathima Bea Benjamin et s'est installé en Suisse.

Ils ont ensuite été rejoints par les autres membres du trio Gertze et Ntshoko et ont signé un contrat de trois ans au Club Africana de Zürich. Là, les jeunes musiciens ont eu l'occasion de rencontrer de nombreux musiciens de jazz américains en concert à Zurich : John Coltrane, Art Blakey – Jazz Messangers et bien d'autres. Max Roach et son projet Freedom Now avec Abbey Lincoln ont été un concert et une rencontre importants conduisant par la suite à des concerts en duo avec Abdullah Ibrahim et Max Roach, notamment au Carnegie Hall, le premier événement culturel de l'ANC aux États-Unis. Et surtout Duke Ellington, que Sathima a convaincu d'écouter le trio Dollar Brand à l'Africana de Zürich, donnant lieu à deux sessions d'enregistrement à Paris – Duke Ellington présente le Dollar Brand Trio – et l'enregistrement de Sathima – A Morning in Paris – qui est sorti des années plus tard.

Son déménagement à New York en 1965 a renforcé sa carrière de musicien de premier plan – se produisant avec des musiciens tels que Don Cherry, Ornette Coleman, John Coltrane, Carlos Ward et Billy Higgins. Il s'est produit trois fois en tant que second pianiste avec l'Orchestre d'Ellington et a tourné avec le Quatuor Elvin Jones. En 1967, il reçoit une bourse de la Fondation Rockefeller pour étudier en privé avec le professeur Hall Overton de la Julliard Music School. En tant qu’arrangeur, Hall Overton a créé certaines des compositions de Monk pour grand ensemble, notamment le concert de Monk’s Town Hall.  L’année 1968 marque un tournant. À la recherche de l'harmonie spirituelle, Dollar Brand revient au Cap, où il se convertit à l'islam, prenant le nom d'Abdullah Ibrahim. En 1974, au Cap, il enregistre Mannenberg – Is Where It’s Happening, qui devient l’hymne national non officiel des Sud-Africains noirs en lutte.

Après le soulèvement étudiant de Soweto en 1976, Abdullah Ibrahim et sa famille retournèrent à New York. Dans les années 1980, le pianiste  crée une série de projets artistiques – notamment L'Opéra de libération du Kalahari (Vienne 1982). Dans les années 1980, le Sweet Basil Jazz Club de New York, l’une des salles les plus animées, présentait de nombreux musiciens. Pendant quatre ans, Abdullah Ibrahim et Ekaya, son groupe nouvellement formé, y ont eu des représentations en résidence deux fois par an avec des concerts à guichets fermés durant deux semaines. Ce sont les années de formation d'Ekaya avec notamment Carlos Ward, Ricky Ford, Charles Davies, Ben Riley, Cecil McBee. Les musiciens d'Ekaya sont Cleave Guyton, Lance Bryant, Andre Murchison et Will Terrill.

Parmi les événements de solidarité internationale de l'ANC dont le point culminant a été Abdullah Ibrahim, il y a eu le concert à New York Central Park commémorant le soixante-dixième anniversaire de Nelson Mandela, toujours emprisonné en Afrique du Sud. En 1990, Mandela, libéré de prison, a invité Abdullah Ibrahim à rentrer en Afrique du Sud. Il s’est produit alors lors de l’investiture de Mandela en 1994, où Mandela a dit à propos d’Ibrahim : « Bach, Beethoven, nous avons mieux ! »

Abdullah Ibrahim a composé plusieurs musiques de films, notamment les bandes originales primées de :

Chocolat de Claire Denis (1998), No Fear, No Die (1990) Tilaï d'Idrissa Quedraogo (1990).

Il a également figuré dans la production de 2002 Amandla qu'il a intitulée : Une révolution en harmonie en quatre parties.

Depuis plus d'un demi-siècle, Abdullah Ibrahim effetue de nombreuses tournées à travers le monde, se produisant dans les grandes salles de concert, clubs et festivals, donnant des performances à guichets fermés, en tant que soliste, trio ou septuor - Ekaya. Il a collaboré avec des orchestres classiques notamment les Orchestre européen des jeunes, Orchestre Philharmonique de la Radio de Munich, Orchestre du cinéma Babelsberg de Berlin, Orchestre Philharmonique de Johannesbourg, Orchestre Philharmonique du Cap. Ses projets en big band les orchestres des Radio danoise, NDR et WDR allemandes.

Au fil des années, en plus de composer et d'interpréter, Abdullah Ibrahim a créé sa « Vision » - une plate-forme fonctionnelle intégrale de ses expériences en tant que musicien, de son style de vie holistique et de ses efforts de toute une vie pour transmettre ses connaissances aux jeunes générations : Le projet Green Kalahari en Afrique du sud.

Abdullah Ibrahim a reçu de nombreuses distinctions et doctorats honorifiques pour l'œuvre de sa vie, notamment NEA Jazz Master 2019.

Un nouvel album 2019, avec Ekaya atteint la troisième place des charts jazz américains Billboard.
La même année 2019 Album solo - Temps de rêve
La même année, il donne une performance vraiment mémorable au sanctuaire Kamigamo à Kyoto, au Japon.

En 2020, Abdullah Ibrahim était l'un des récipiendaires étrangers des prix impériaux du printemps 2020 « L'Ordre du Soleil Levant » décernés par Sa Majesté l'Empereur du Japon, en reconnaissance de l'œuvre de sa vie dans l'émancipation du peuple sud-africain et du monde, à travers sa musique, ainsi que sa contribution à l'amitié nippo-sud-africaine à travers ses œuvres, ses performances et sa profonde compréhension de la culture et de la spiritualité japonaises. Depuis plus de cinquante ans, Abdullah Ibrahim étudie au Japon avec le Grand Maître Tonegawa san – l’ancienne tradition du – koryu budo – le voyage de votre vie.

Avec son dernier album « Solotude », enregistré le jour de l’anniversaire du pianiste au milieu des restrictions liées au coronavirus de l’automne 2020, Abdullah Ibrahim reste à son apogée en tant que musicien et infatigable initiateur de nouveaux projets.

Abdullah Ibrahim réside actuellement en Afrique du Sud et en Allemagne avec sa compagne le Dr Marina Umari, pédiatre orthopédiste et ostéopathe.

Ses dernières performances

Abdullah Ibrahim
déc 2023