Anna
Netrebko

Soprano Invité

En savoir plus

“Une soprano vedette au meilleur sens du terme, à l’expressivité charismatique qui se répand dans chaque élément de sa performance”, Anthony Tommasini, New York Times

Prima donna du XXIème siècle, Anna Netrebko redéfinit ce qu’est d’être une star de l’opéra, et est devenue la soprano la plus acclamée du monde. Que ce soit en enregistrement ou sur scène, ses interprétations des héroïnes les plus iconiques de l’opéra ont laissé une empreinte indélébile.

Aujourd’hui, alors qu’elle s’aventure dans un répertoire plus large et plus dramatique, elle continue d’atteindre des sommets. Elle chante lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver en 2014, devient la première artiste Classique à figurer dans la liste des 100 personnes les plus influentes du monde du TIME magazine; elle est l’ambassadrice mondiale de l’opéra et est largement reconnue comme l’une des artistes les plus fascinantes et engagées, touts genre confondus. Hors scène, sur les réseaux sociaux, elle partage sa contagieuse joie de vivre – avec son amour pour sa famille, la mode et la nourriture – et incite les gens à vivre des vies colorées et à chérir ce qui les rend uniques.

Anna s’appuie sur l’exceptionnelle maturation de sa voix pour venir à bout des rôles les plus exigeants de sa carrière. Son début dans le rôle-titre Giovanna d’Arco lors de l’édition 2013 du festival de Salzburg, et la sortie de son album Verdi chez Deutsche Grammophon marquent un réel virage, avec lequel elle décide de laisser derrière elle les rôles plus légers et lyriques pour lesquels elle était connue. Ensuite, elle interprète Leonora dans Il trovatore au Berlin State opera, et est le rôle-titre dans Manon Lescaut de Puccini à l’Opéra de Rome, dirigé par Riccardo Muti, aux côtés du ténor Yusif Eyvazov, qui deviendra plus tard son mari. Au Bavarian State Opera de Munich elle fait sa première apparition en Lady Macbeth de Verdi, un rôle qu’elle reprend durant la saison 15-16 pour l’ouverture du dixième anniversaire du programme cinéma « Live in HD » du Metropolitan Opera, dont elle est souvent en tête d’affiche. Peu après, elle fait un triomphe en Giovanna d’Arco lors de la production d’ouverture de saison de la Scala (2015), fait sa première incursion chez Wagner dans le rôle d’Elsa dans Lohengrin à Dresden (2016) et joue sa première Adriana Lecouvreur au Mariinsky Theatre, sa première Aida au Salzburg festival, et sa première Maddalena dans Andrea Chénier à la Scala en 2017. Elle fait ses débuts dans le rôle-titre Tosca au Metropolitan en 2018.

Anna continue sa transition vers des rôles plus profonds et complexes lors de la saison 18-19 quand elle fait ses débuts en Aida et Adriana Lecouvreur au Metropolitan – la dernière dans une nouvelle production pour le gala annuel du nouvel an pour la compagnie – et chante sa première Leonora dans La forza del destino de Verdi au Royal Opera House. En récital, elle rejoint son fréquent collaborateur Malcolm Martineau pour des performances en Autriche, à Prague, au Lyric Opera de Chicago et au Carnegie Hall de New York. Avec son mari le ténor Yusif Eyvazov, elle est en tête d’affiche pour le 350ème anniversaire de l’Opéra de Paris au Palais Garnier, fait ses débuts en concert à l’Elbphilharmonie d’Hambourg et dans Il trovatore aux arènes de Vérone.

La position actuelle d’Anna est le fruit de plus de deux décennies sur des scènes d’opéra. Elle fait ses débuts sur scène à seulement 22 ans, en Susanna dans Le nozze di Figaro au Kirov Opera sous le bâton de son mentor d’alors, Valery Gergiev. Toutefois, c’est en 2002, encadrée par ses mémorables apparitions au Met et à Covent Garden, que sa prestation triomphante au Salzburg Festival en Donna Anna dans Don Giovanni annonce résolument son arrivée en tant que star.

Les succès s’enchaînent alors, dans ses rôles signatures, comme les rôles principaux dans La traviata de Verdi, La bohème de Puccini, Roméo et Juliette de Gounod, Manon de Massenet, La sonnambula de Bellini, Lucia di Lammermoor, Don Pasquale et L’elisir d’amore de Donizetti, et War and Peace de Prokofiev. Ses prestations l’emmènent dans de majeures maisons d’opéra comme le Met, San Francisco Opera, Royal Opera House, Vienna State Opera, Opéra de Paris, Zurich Opera, Berlin State Opera, le Bavarian State Opera de Munich, ainsi que Salzburg, où elle est régulièrement invitée.

Elle fait une apparition dans son propre rôle, aux côtés d’Anne Hathaway et de Julie Andrews dans Princess Diaries II (Hollywood, 2004) et se produit avec Plácido Domingo devant un public de dix-milles personnes au Waldbühne de Berlin la veille de la finale de la coupe du monde de football de 2006. En 2007, l’année où elle apparaît dans le top 100 du Time, elle fait l’affiche du “Last Night of the Proms” à Londres, fait ses débuts au Carnegie Hall avec Dmitri Hvorostovsky et chante pour le réalisateur Martin Scorsese lors du 30ème Kennedy Center Honors diffusé par CBS devant le président des États-Unis. En 2016, elle est l’une des seules artistes à se produire seule en récital à guichet fermé au Metropolitan.

Anna a atteint le statut de superstar, mais sa soif de nouveaux challenges et sa voix de plus en plus puissante l’emmènent vers des rôles toujours plus complexes. Parmi eux, le rôle-titre Iolanta de Tchaikovsky, Tatiana dans Eugene Onegin, ainsi qu’Anna Bolena de Donizetti. Cela l’entraîne à participer à trois productions d’ouverture de saison consécutives avec le Met, dont un nouvel Eugene Onegin lors de la saison 13-14.

Elle compte d’autres succès au-delà des opéras, elle joue dans La bohème : le film de Robert Dornhelm, sorti en 2008 pour le cent cinquantième anniversaire du compositeur ; chante aux côtés d’Andrea Bocelli lors des Classical BRIT Awards de 2008 ; donne un récital avec Daniel Barenboim à la Philharmonie de Berlin ; apparait comme interprète vedette à Newsweek et au sommet Women In the World 2012 du Daily Beast et rejoint Hvorostovsky pour un concert télévisé au Red Square de Moscou. Elle est également choisie pour chanter en live l’hymne olympique lors de la cérémonie d’ouverture des JO d’hiver en 2014 à Sochi, en tant que star Russe.

Artiste exclusive chez Deutsche Grammophon depuis 2003, la soprano peut se vanter d’une longue discographie comprenant des albums en solo, des opéra complets et des concerts du répertoire.

Née en 1971 à Krasnodar en Russie, Anna Netrebko étudie la performance vocale au Conservatoire de Saint Pétersbourg. Mère et avocate du droit des enfants, elle soutient un grand nombre d’organisations de charité dont SOS-kinderdorf International et Russian Children’s Welfare Society. Depuis 2006, elle est ambassadrice mondiale des bijoux de luxe Chopard.

Mise à jour le : 10/02/2020

Prochaine performance


Dernière performance