Cristian
Taraborrelli

Décors Invité

En savoir plus

Cristian Taraborrelli est réalisateur, directeur de création, scénographe et costumier, les compétences artistiques multiformes et innovantes de Cristian Taraborrelli se retrouvent dans des travaux variés allant du théâtre de recherche à l’opéra, de la conception de concept à la mise en scène d’événements multimédias, du mapping vidéo aux formats interactifs.

Cristian Taraborrelli est né en 1970 à Rome, où il a commencé à collaborer depuis le début des années 90 à divers projets théâtraux, parmi les premiers on se souvient de ceux aux côtés de Giorgio Barberio Corsetti (l’un des principaux représentants du théâtre de recherche en Italie) pour des décors et des costumes dans plusieurs des œuvres telles que Le Procès de Kafka (Prix Ubu 1999). Parmi les différents prix artistiques qu’il a reçus : en 2006 le Prix Franco Abbiati de la Critique musicale italienne ; en 2009 en France le Prix du Syndicat de la Critique pour la meilleure scénographie de « Gertrude (le Cri) » d’Howard Barker, œuvre également nominée pour la meilleure scénographie au Prix Molière ; en 2015 la mention spéciale au Golden Prague Award avec La Belle Hélène.

Au fil des années, son activité prolifique l’a vu engagé dans diverses pièces de théâtre et revues théâtrales lui permettant de collaborer avec certaines des plus grandes personnalités du monde artistique international et des centres culturels européens. Il crée des décors et des costumes pour des spectacles au Théâtre National San Jõao de Porto ; participe au Festival d’Avignon et collabore toujours en France à l’Opéra de Rennes, au Théâtre de l’Odéon et au Théâtre du Châtelet à Paris, à l’Opéra de Strasbourg, Théâtre du Capitole de Toulouse ; à l’Opéra de Malmö, en Suède, au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, au Théâtre Saint-Gall, à La Comédie à Genève et au Théâtre Am Stram Gram à Genève. En Italie, nous le rencontrons à la Biennale de Venise et à la Palafénice ; le Teatro dell’Opera di Roma au Teatro alla Scala de Milan, le Teatro Regio de Parme, le Teatro Petruzzelli de Bari et le Teatro Vittorio Emanuele de Messine ; et participe au Festival Pergolesi-Spontini à Jesi et au Festival d’opéra de Rossini.

Parallèlement, Cristian Taraborrelli a commencé à développer la mise en scène de certains opéras, combinant les arts visuels et les performances avec des technologies scéniques de pointe. Au Festival Pergolesi-Spontini de Jesi (2003), il signe sa première mise en scène pour l’opéra Lalla Rukh ovvero Guancia di tulipano: une représentation absolue dans laquelle Aldo Busi dirige dans le rôle du narrateur. Dans les années qui suivent, il conçoit et met en place deux autres événements majeurs qui permettent à l’opéra, interprété dans une version plus contemporaine, de dialoguer avec le vidéo mapping et d’autres formes scéniques pluridisciplinaires. En 2012, il associe l’art visionnaire du vidéo mapping à la performance live d’une soprano dans le cadre historique de Cinecittà comme décor de l’événement Intercoiffure. Tandis qu’en 2014, Avanti, Striding Forward le voit s’impliquer dans une représentation de l’Italie et de ses arts pour la NCB, la plus grande banque du monde arabe. En 2015, il réalise scénographie et costumes pour La Jura de Gavino Gabriel, remettant au jour une composition inédite donnée pour le premère fois depuis 1928 (Cagliari).

Ses œuvres destinées à un public international et l’amènent à collaborer avec d’innombrables théâtres, en Italie et en Europe, mais avec les meilleurs compositeurs italiens tels que l’oscarisé Luis Bacalov (Estaba la madre, Y Borges cuenta que). Il rencontre Gualtiero Dazzi (Le Luthier de Venise), Fabrizio De Rossi Re (Biancaneve ovvero il perfido candore), Luca Francesconi (Gesualdo Considered as Murderer), Adriano Guarnieri (Medea) et Fabio Vacchi (Il letto della storia).

En 2016, Cristian Taraborrelli a supervisé les décors du projet de rénovation de l’Aquarium de Gênes récompensé par le Bea 2016 du Meilleur événement éducatif.

En 2017, il inaugure la saison d’opéra du Teatro Comunale Luciano Pavarotti de Modène en mettant en scène, scénographie et dramaturgie la vidéo de Il colore del sole de Lucio Gregoretti, opéra en un acte librement inspiré du roman éponyme d’Andrea Camilleri.

En 2019, il a mis en scène Kafka-Fragmente de Kurtág dans le cadre du 55e Festival Nuova Consonanza alla Pelanda à Rome.

Récemment, il a mis en scène le monodrame pour mezzo-soprano et ensemble Angelica Cunta, la première mondiale de l’opéra de Virginia Guastella et Pagliacci au Teatro Carlo Felice de Gênes (avec Rai Cultura), où il a utilisé la réalité augmentée. Depuis 2022, il est directeur de projets spéciaux européens sur l’intelligence artificielle pour Reimangine AI.

 

 

Mise à jour le : 28/03/2022

Prochaine performance


Dernières performances