Aller au contenu principal
DÉMOS Photos envoyées par les enfants depuis leur domicile ©DR
DÉMOS Photos envoyées par les enfants depuis leur domicile ©DR
Information
Actualités

DÉMOS Bordeaux Métropole Gironde : Malgré le confinement, l’apprentissage continue !

13/05/2020

ORCHESTRE DÉMOS Bordeaux Métropole Gironde :  Malgré le confinement, l’apprentissage continue !

Au regard des mesures de confinement prises par les autorités publiques dans le cadre de la lutte contre l’épidémie du COVID-19, l’ensemble des salles de spectacles, mais également les écoles de musique, les lieux répétitions pour les professionnels et les amateurs, ainsi que les structures sociales accueillant des activités ont été contraintes de fermer. Pour les musiciens de tous horizons, c’est à domicile qu’il s’agit de s’entrainer depuis le 15 mars. Parmi les artistes confrontés à ce nécessaire isolement : les 95 musiciens en herbe du nouvel orchestre DÉMOS Bordeaux Métropole Gironde. Pour l’Opéra National de Bordeaux et ses partenaires, le confinement ne devait pas mettre à l’arrêt les actions de médiation culturelle : la musique est au contraire un formidable vecteur de lien.

Zoom sur les outils mis en place à distance par l’ensemble des acteurs du projet DÉMOS en Gironde, en partenariat avec la Philharmonie de Paris.

LE NUMÉRIQUE POUR MAINTENIR LE PROJET

DEMOS-1DR.jpg

Photos envoyées par les enfants depuis leur domicile (©DR)

Violoncelle, trombone, flûte… Chaque enfant a reçu en main propre et gratuitement un instrument de musique le 25 janvier dernier à l’Auditorium, afin de former le nouvel orchestre DÉMOS Bordeaux Métropole Gironde, prêt à entamer 3 ans d’apprentissage. Mais confinement oblige, les ateliers collectifs ont cessé : comment appréhender seul un nouvel outil, à peine connaissance faite avec celui-ci ?

Pour Isabelle Serra (coordinatrice pédagogique de l’orchestre girondin pour la Philharmonie de Paris),

« la musique est un outil précieux :

continuer, même à distance, à « apprivoiser » un nouvel univers et à travailler collectivement à un répertoire commun – ici autour de Lully -, c’est l’occasion de maintenir un lien social, pédagogique et artistique entre référents et enfants, et entre les enfants eux-mêmes ».

Aussi, dès le 16 mars, des outils ont été créés pour assurer la continuité pédagogique du projet DÉMOS sur chaque territoire, malgré les incertitudes autour de la fin de l’année scolaire pour les enfants contraints au confinement.

Depuis près de deux mois, la technologie a bel et bien réuni tout ce petit monde en Gironde :

  • Création de 7 groupes Whatsapp, soit 1 par territoire girondin, rassemblant les familles, référents sociaux, intervenants artistiques et l’équipe du service médiation culturelle de l’ONB. Les intervenants y donnent des cours en visio, et chacun échange autour de sources vidéo et notions pédagogiques.
  • Un padlet (tableau virtuel collaboratif) a été créé pour compléter l'offre pédagogique avec une dimension plus collective. Parmi les nombreux contenus vidéos partagés : un tuto pour apprendre le « Gumboots » (danse) en famille !

Laëtitia Marty, coordinatrice territoriale DÉMOS de l’Opéra National de Bordeaux :

« Grâce à cela, nous avons réussi à maintenir le lien avec la quasi-totalité des familles.

Nous avons – et nous prenons – tous les jours des nouvelles des enfants, dès le départ les échanges ont été très actifs sur Whatsapp. Leurs premiers concerts seront peut-être repoussés, car ils auront forcément moins avancé dans la pratique, mais ce lien maintenu entre chacun aura été pour tous un moteur et une sorte d’évasion pendant le confinement. Adultes y compris ! »

A ce jour, aucun rassemblement orchestral ne pourra se faire avant la rentrée de septembre 2020. Une rentrée anticipée pour les ateliers pédagogiques et territoriaux est à l’étude, ainsi que l’ajout d’un stage supplémentaire en 2021 afin de relancer la dynamique collective du projet.

TÉMOIGNAGE : LA MUSIQUE, SOURCE DE LIENS POUR LES RÉFÉRENTS SOCIAUX

demos-pad-web.jpg

Padlet mis en place pour partager du contenu au quotidien

Anne-Estelle Clerdent et Madile Massey-Sanchez, référentes sociales en Haute-Gironde :

« Le projet DÉMOS nous permet de sortir du cadre d’intervention habituel

des référents sociaux auprès des familles, et de créer une relation différente avec les enfants, basée sur le plaisir. Dès le début du confinement, les 14 enfants de notre territoire ont eux-mêmes manifesté le besoin de continuer le projet, après deux mois d’ateliers hebdomadaires. Ils ne vivent pas cela comme des « devoirs », bien au contraire : leur instrument leur permet de s’évader, de s’amuser, et pour certains, plus fragiles, de s’exprimer. Cette situation exceptionnelle nous a même tous rapprochés : sur Whatsapp, tout le monde échange au même niveau et sans jugement : travailleurs sociaux, artistes, enfants, mais aussi les parents qui s’investissent énormément. Ils assistent aux cours virtuels individuels de leurs enfants avec fierté, et se conseillent entre eux. C’est un lien quotidien qui se créé, autour de la musique, entrecoupé d’idées recettes, de photos de familles, de petits mots de soutien. Les artistes, dont j’admire l’investissement, suivent avec attention chaque petit musicien. Cette collaboration entre référents sociaux et artistiques porte également ses fruits : nos regards croisés mêlant l’art aux réalités sociales du terrain nous grandira tous, bien au-delà du projet.
Chaque semaine, nous proposons des défis aux enfants : écrire, prendre des photos, reproduire un son d’oiseau à la flûte. Et figurez-vous qu’eux aussi nous surprennent et nous défient ! Les référents sociaux doivent en effet apprendre le même instrument qu’eux, et en voyant que parfois ils vont plus vite que nous, cela les valorise. Ils réalisent qu’ils ne vivent pas dans une société immuable où certains « savent » et d’autres non : la musique leur donne une autre vision du monde, où ils ont tous leur place. Leur faire comprendre qu’ils sont importants et les voir éclore, en comprenant que les ressources sont en eux, quelle récompense pour nous ! »

TÉMOIGNAGE : AVOIR UN INSTRUMENT CHEZ SOI, UNE CHANCE PENDANT LE CONFINEMENT

Famille Malaquin, parents de Manon – 7 ans – flûte traversière :

« Nos journées « confinées » sont bien remplies, car nous tenons à partager un maximum d’activités avec Manon.

La journée, nous accompagnons et suivons les devoirs, puis de 17h à 18h c’est l’heure de la flûte, du chant et de la danse, ça lui fait du bien !  Je suis heureuse que DÉMOS continue, car la musique l’a transformée : très timide au naturel, j’ai découvert une petite fille qui va vers les autres, qui s’est ouverte. Il lui tarde que les ateliers reprennent, et de retrouver ses camarades. En attendant, c’est très motivant de partager sur Whatsapp les avancées des enfants. Les parents encouragent et félicitent les enfants des autres, et Manon est si heureuse de lire les commentaires positifs quand nous postons des vidéos de ses entrainements ! »

Keline-web.jpg

Kéline et son instrument (©DR)

Famille Lacouture, parents de Kéline et Élise – clarinette et flûte traversière

 « Si Élise, plus jeune, décroche un peu à distance, Kéline attend chaque semaine avec impatience ses cours virtuels de clarinette avec Eric,

elle adore ça. C’est aussi un lien commun pour échanger avec d’autres enfants. Les cours sont aussi un moment pour elle, nous la laissons avec son professeur comme une grande dans ces moments là. »

Initié par la Philharmonie de Paris et piloté localement par l’Opéra National de Bordeaux, un nouvel orchestre de jeunes voit le jour pour une durée de 3 ans (2019-2022). DÉMOS (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) est un projet de démocratisation culturelle s’adressant à des enfants issus de quartiers relevant de la politique de la ville ou de zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles. Depuis 2010, Démos s'attache à favoriser l'accès à la musique classique par la pratique instrumentale en orchestre. Ce projet s’appuie sur un partenariat éducatif entre des musiciens professionnels, notamment issus de l’ONBA, et des travailleurs sociaux ou animateurs mis à disposition par différentes structures à caractère social du territoire (centres sociaux, centres de loisirs, associations, MDS…). Une centaine d’enfants de la Gironde, issus de quartiers politique de la Ville et de territoires ruraux, bénéficient ainsi d’un apprentissage collectif de l’instrument à raison de 4h par semaine. Chaque année, les enfants se produisent sur la scène de l’Auditorium de Bordeaux et peuvent être invités à donner un concert dans un autre cadre.

À l'initiative de la Philharmonie de Paris, avec l’appui de l'État (ministère de la Culture et de la Communication, ministère de la Cohésion des territoires, ministère de l’Éducation nationale, ministère des Outre-mer) ainsi qu’avec le soutien des collectivités locales partenaires, notamment le Département de la Gironde, Bordeaux Métropole, les villes de Bordeaux, Gradignan, Floirac et la coopération des structures d’enseignement artistique, sociales et socio-culturelles

Avec le soutien de Cdiscount, du Fonds CréAtlantique, du Groupe Bernard et d’Ex Nihilo.