Aller au contenu principal
Dominique Borrini
Dominique Borrini
Lumières

Dominique Borrini

Invité
Mise à jour le : 31/05/2023

Biographie

Concepteur lumière, Dominique Borrini conçoit, depuis 1980, des installations lumineuses pour l’opéra, le théâtre et la danse mais aussi pour de nombreux artistes plasticiens et scénographes ou musées.

De son expérience à l’Opéra de Paris dans les années 70, il a conservé le goût pour l’art lyrique et travaillé pour le théâtre dans de nombreuses salles. Sa rencontre avec Klaus Michael Grüber est déterminante pour son art. Pour ce metteur en scène, Dominique Borrini a conçu les lumières de nombreux spectacles (La Mort de Danton de Büchner au Théâtre des Amandiers, Hypérion de Bruno Maderna à l’Opéra-Comique de Paris, puis Amsterdam et Rome, La Traviata au Théâtre du Châtelet, L’Incoronazione di Poppea, le Triptyque Boulez/Grüber à Aix-en-Provence, Vienne, Luxembourg, Aida à la Nederlandse Opera d’Amsterdam, Boris Godounov à la Monnaie de Bruxelles, Operhaus Zürich, Teatro Real de Madrid)...

À la Comédie-Française, il signe les lumières des mises en scène de Catherine Hiegel (L’Avare), de Andrés Lima (Bonheur ? d’E. Darley, Les Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare...). Au cours de sa riche carrière, il a également collaboré avec Ariel Garcia Valdès, Laurence Dale (Powder Her Face de Thomas Adès en création française, Nantes), Christophe Perton, Marthe Keller, Kent Nagano et Louis Erlo (La Damnation de Faust, Lyon), Alessandro Baricco (Romaeuropa festival), Richard Brunel, José Luis Gómez, Jean-Baptiste Sastre, Dan Jemmett, Bérangère Bonvoisin, Stéphane Fievet, Alain Germain, Sylvain Lhermite, Sergi Belbel entre autres et pour la danse : Blanca Li, Bernardo Montet ou encore Roland Petit...

Il a éclairé les œuvres de peintres (Edouardo Arroyo, Gilles Aillaud, Bernard Michel, Antony Taule…) lui ayant permis de développer une esthétique personnelle et de concevoir des réalisations pour musées et galeries, tout comme de transmettre son art aux plus jeunes générations par l’enseignement.

Ses dernières performances

Dialogues des Carmélites | Poulenc
juin 2023