Samara
Joy

Chant Invité

En savoir plus

Avec une voix aussi douce que le velours, l'étoile de Samara Joy semble s’élever toujours plus haut à chaque prestation. Après avoir remporté le concours international de jazz vocal Sarah Vaughan en 2019, elle vient de terminer l'enregistrement de son premier album, dans lequel elle est accompagnée par le Pasquale Grasso Trio.

Cette étoile montante réside toujours dans sa ville de naissance, le quartier de Castle Hill dans le Bronx, à New York. En grandissant, la musique est omniprésente, grâce à ses grands-parents paternels, Elder Goldwire et Ruth McLendon, qui dirigeaient le très connu groupe de gospel de Philadelphie, The Savettes. Son père effectue une tournée avec le célèbre artiste de gospel Andrae Crouch, et sa maison se remplit des sons des chansons et des travaux d’écriture de son père mais aussi de l'inspiration de nombreux artistes de gospel et de R&B, dont Stevie Wonder, Lalah Hathaway, George Duke, Musiq Soulchild, Kim Burrell, Commissioned, et bien d'autres.

« Bien que je n'aie pas grandi en chantant à l'église, explique Samara, j'entendais constamment ma famille chanter ensemble de la musique inspirante, ce qui m'a inculqué une appréciation de ma lignée musicale. Mon premier souvenir en tant que chanteuse remonte au CM2, lorsque j'ai chanté une chanson de Jordin Sparks pour ma remise de diplôme. Ensuite, grâce aux comédies musicales au collège, j'ai adoré explorer l'étendue de ma voix et y appliquer différentes couleurs pour correspondre aux personnages que je jouais. Enfin, au cours du lycée, j'ai rejoint la chorale de mon église, pour finalement devenir responsable de la louange, chantant trois services par semaine pendant près de deux ans. »

Samara découvre le jazz lorsqu'elle fréquente la Fordham High School for the Arts, où elle se produit régulièrement avec le groupe de jazz, et finit par remporter le titre de meilleure chanteuse au concours Essentially Ellington du JALC. Mais le jazz n’est pas encore son centre d'intérêt, jusqu'à ce que vienne le moment de choisir une université. Souhaitant fréquenter une école publique proche de chez elle, elle choisit SUNY Purchase, et est acceptée dans leur programme de jazz réputé, dont la faculté comprend de nombreux maîtres du jazz (dont Pasquale Grasso et le batteur Kenny Washington, qui figurent tous deux sur son premier enregistrement).

« Mes amis étaient tous passionnés de jazz et ont commencé à me faire part de leurs enregistrements préférés pour que je les écoute. Le tournant s'est produit lorsque j'ai entendu la version de Lover Man de Sarah Vaughan et les enregistrements de Tadd Dameron avec le trompettiste Fats Navarro. J'étais accrochée. » À partir de ce moment, elle commence à suivre ses études de jazz avec une passion intense, jusqu'à être nommée boursière Ella Fitzgerald et à participer au concours international de jazz vocal Sarah Vaughan, qu'elle remporte.

Bien qu'elle n'ait que 21 ans, Samara s'est déjà produite dans de nombreuses grandes salles de jazz de New York, notamment au Dizzy's Club Coca Cola, au Blue Note et au Mezzrow, et a travaillé avec des grands noms du jazz comme Christian McBride, Pasquale Grasso, Jon Faddis, Kirk Lightsey, Cyrus Chestnut et le Dr Barry Harris, maître du jazz du NEA.

Son premier album éponyme, paru en juillet 2021 sur Whirlwind Recordings, présente des standards du jazz et du Great American Songbook, dans lesquels Samara est accompagnée par le Pasquale Grasso Trio.  Samara Joy se réjouit de partager son amour passionné pour le jazz en tant que force unificatrice et catalyseur de changement dans les années à venir.

Mise à jour le : 29/06/2022

Prochaine performance


Dernières performances